À la Une

Bienvenue sur les étagères de ma bibliothèque…

Policiers, thrillers, jeunesse, fantasy, littérature française ou étrangère…  Chez moi, on trouve un peu de tout ! Je n’ai d’a priori ni sur les genres, ni sur les auteurs ou sur les maisons d’édition. Je fonctionne aux coups de cœur et souvent aux recommandations : une jolie couverture, un résumé ou un extrait intrigant, drôle ou émouvant, un avis qui donne envie sur Instagram et c’est parti ! Mes envies livresques sont guidées par ma curiosité.

Sans prétention aucune, je vous livrerai donc ici mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur comme mes déceptions. Mais pas que ! Cette page vivra à mon rythme et j’y laisserai aussi mes humeurs, mes réflexions, toutes ces choses que l’on veut dire sans savoir à qui.

Je vous emmène donc avec moi découvrir ce qui se passe devant et derrière mes lunettes…

Nous rêvions juste de liberté, d’Henri Loevenbruck

📚 4ème de couverture :
« Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.

Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road movie fraternel et exalté.

🖋 Mon avis :

Pied sur le kick. Pas de casque. Pas de GPS. Des amis dans les roues. Et la route, juste la route. Pavée de centaines de pages.

Ça fait au moins 45 jours que je tourne autour de mes mots sans les trouver. 45 jours que je cherche quoi vous en dire. J’ai encore le vent dans les cheveux, des bruits de motos dans les oreilles, mes amis plein le cœur. J’ai 15 ans. Puis 18. Puis 20. Je revois nos soirées à parler, nos rendez-vous matinaux avant d’aller en cours. Nos fêlures, à peine évoquées mais jamais oubliées. Nos sourires pour panser. Et puis me revient Bohem. Bohem.

Je ne voulais pas finir ce livre. Je ne voulais pas tourner la dernière page. Je voulais rouler encore. Et lire, lire, lire. Son histoire, ses mots, sa vie. Je voulais le suivre toujours, accrochée à ses hanches, le moteur comme autoradio. Ecouter ses amitiés, les fortes, les belles, celles qui font gronder le cœur. Coller l’oreille sur les cicatrices de son cœur. Voyager avec sa bande. Mais le livre s’est fini. Moto à l’arrêt. Seules mes larmes ont continué à rouler. Longtemps, très longtemps après. Au point que mon fils s’est inquiété.

« Ça va maman ?

– Ça va mon cœur, c’est rien. C’est juste mon livre.

– Ah… il devait être vraiment…

– Oui, c’est exactement ça, mon grand. Il était vraiment…. Vraiment. »

Alors merci Mr Loevenbruck. Vous m’avez arrachée à mon fauteuil, ramenée à mes premières grandes amitiés, à mes 20 ans, à mon avant. Vous m’avez embarquée, et je ne voulais pas poser le pied. Alors oui, Monsieur, sans vous avoir lu, mon fils avait raison. Votre livre est vraiment… Vraiment.

Grandir un peu, de Julien Rampin


Quand, comme moi, on touche à peine le mètre soixante en se mettant sur la pointe des pieds, il faut bien admettre que ce titre est tentant. Mais ce n’est pas pour ça que j’ai ouvert ce livre. Non, je l’ai ouvert, impatiente, parce que Julien. Parce que Juju. Parce que c’était lui. Et je l’ai commencé, un peu tremblante, parce que tout ça aussi. Il me tardait de le lire, mais j’appréhendais, forcément. Comment lui dire si jamais je n’aimais pas ? Mais comme je suis une grande petite fille, et que l’excitation était plus forte que tout, j’ai mis mes peurs dans le fond de ma poche et dégainé mes lunettes. A nous deux Monsieur Rampin !

Je tourne les premières pages, le sourire monte. D’autres pages encore, ce sont les larmes. Petit à petit, je pars à la ferme. Depuis mon fauteuil, j’écoute aux portes et j’entends Jeanne, la timide, la trop longtemps effacée et Lucas, le beau, le doux, le mystérieux, l’esquinté. Depuis mon fauteuil, j’écoute aux cœurs, fragiles, et j’entends Raymonde, la bariolée, la toujours libre et effrontée, celle au langage aussi fleuri que son jardin. Et puis parfois, au creux de ces trois-là, je me vois. Mon fauteuil est vide. Je suis là-bas.

Un à un, ils m’ont touchée. Un à un et tous ensemble. Mais je dois vous dire, au milieu d’eux, quelque part dans ces mots, ce que j’ai lu surtout, c’est lui, Julien. Les sourires et les rires qui me viennent, ce sont les siens. L’émotion qui monte, c’est la sienne. Il n’a pas créé tout ça à partir de rien, il l’a tissé au fil de lui. Comment ai-je pu imaginer être déçue ? Ce n’était pas possible. Ce livre ne serait pas signé que j’en aurais quand même deviné l’auteur. Parce qu’il respire la sincérité, le sud, la vie, l’amour. Parce qu’il parle des gens, les vrais, les simples, et de ce qu’ils gardent lourdement au fond du cœur. Qu’il dit le courage et les souffrances, et les fêlures sous la force et les sourires. Qu’il raconte les rencontres. Celles qui abîment et celles qui soignent, les plus belles. Celles auxquelles on ne croyaient pas, plus, et qui arrivent, sans prévenir, au détour d’un chemin de terre, derrière des volets bleus.

J’ai longtemps cherché quoi vous dire, alors que je connaissais déjà la réponse. Si vous aimez Juju, lisez-le. Si vous ne le connaissez pas encore, allez faire un tour sur @labibliothequedejuju et faites-vous une idée. Parce que Grandir un peu, c’est lui. Grandir un peu, c’est rire et sourire, beaucoup. Et avoir les yeux humides, souvent. Et l’envie de le relire, forcément. Un jour, quelqu’un a dit « On ne voit bien qu’avec le cœur ». Je crois que c’est comme ça qu’on doit écrire aussi. Et Julien Rampin écrit bien. Mieux que bien même, puisque son coeur a touché le mien.

Julien, maintenant c’est à toi que je m’adresse. Merci. Merci de m’avoir fait confiance. Merci pour les remerciements et les tirets cadratins. Merci d’être une de mes rencontres à moi. Tu n’avais ni jogging ni chemise de bûcheron, mais un soir de Mai, tu as été ma Raymonde en m’ouvrant tes bras comme elle aurait ouvert sa porte. Tu n’avais pas mis d’annonce, simplement tes mots sur ceux des autres, mais ça avait suffi pour que j’ai envie de te rencontrer. Ce soir-là, pour moi, @labibliothequedejuju est alors devenu Julien. Mais à partir d’aujourd’hui, ce sera Julien Rampin, l’écrivain.

Ordinary people, de Diana Evans

📚 4ème de couverture :
Troisième roman de Diana Evans, Ordinary People décrit, à travers deux couples quarantenaires les failles et les errances d’hommes et de femmes issus d’une classe moyenne auxquels le pouvoir d’achat en baisse offre peu de perspectives. L’auteure anglaise plonge le lecteur dans la vie intime et domestique de deux cocons familiaux au bord de la rupture, celui de Michael et Melissa, rencontrés il y a plus de dix ans, parents de deux enfants, et de Damian et Stéphanie, mariés depuis bientôt quinze ans, trois enfants. Que devient le couple face aux ambitions personnelles et professionnelles déçues ? Aux longs trajets pendulaires ? À l’argent qui manque toujours un peu ? Diana Evans se fait l’observatrice de la vie conju­gale confrontée au capitalisme et à la crise, et décrit minutieusement la fragile architecture amoureuse.

🖋 Mon avis :

13 ans ensemble, un amour d’âge adolescent, et les tourments qui vont avec. C’est la vie, celle des gens normaux. Le quotidien, les enfants, les compromis, les années.. ça n’a l’air de rien, mais ça abîme. Les cœurs se rident, l’amour se frippe. Lentement. Sans qu’on ne voit vraiment les creux se former. Et puis un jour, face à soi, on se voit. Plus envie de s’adoucir, de s’arrondir, de lisser les aspérités. On se veut entier, comme avant. Se retrouver couleur primaire et plus seulement mélangés, engloutis.

Le sujet m’intéressait, vraiment, mais je vais vous dire la vérité, je me suis ennuyée. J’ai failli laisser tomber mais je me suis dit « On ne sait jamais ! ». Parfois, la fin d’un livre peut le retourner complètement. Ça n’a pas été le cas ici. En tout cas, pas pour moi. C’était lent, c’était long. J’attendais quelque chose, je ne savais pas quoi, mais ce n’est jamais arrivé.

Je reconnais que certains passages m’ont plu, que la musique m’a bercée, mais voilà, j’aurais voulu plus de basses et de percussion. Du rythme. Là, j’ai fini par fermer les yeux. La berceuse a trop bien fonctionné.

Peut-être que le brassard sur la couverture a causé ma perte, j’ai espéré mieux, plus, autre chose. A moins que ce ne soit la faute à des souvenirs enjolivés des livres de Dickens. Je ne regrette toutefois pas de l’avoir terminé, je laisse toujours l’espoir et la curiosité me guider, même si, cette fois, j’en suis sortie déçue. Raté pour cette fois, tant pis !

UnPur, d’Isabelle Desesquelles

📚 4ème de couverture :

Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.
Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir.
Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c’est sa victime que l’on juge.
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable.
À sa manière frontale et poétique, Isabelle Desesquelles joue avec la frontière mouvante entre la fiction et le réel, et éclaire l’indicible.
Roman de l’inavouable, UnPur bouscule, envoûte et tire le fil de ce que l’on redoute le plus.

🖋 Mon avis :

Je suis vide, vidée. Epuisée. L’impression que ce livre m’a tout pris.

Ne plus pouvoir lire. S’arrêter. Reprendre. Aimer. Adorer. Se demander si c’est normal de tant accrocher. Oui. Au point que mon cœur est gros au moment où je referme ces pages, si gros que je le sens battre au fond de ma gorge. Il a souffert. Ne savait plus comment battre.

J’en ai lu des histoires difficiles, des livres éprouvants. Mais là, par moment… la bile pas loin des dents. Et le malaise. Et la rage. Et les poings. Et puis, de l’autre côté, l’admiration pour cette écriture folle.

Lire l’enfant qui disparaît, et l’enfance qui le suit. L’homme qui n’en a que le nom. L’horreur qui suit. Et l’abîme, profond, qui engloutit.

Lire les chocolats chauds, les quejetaime, l’insouciance. Puis le rapt et l’horreur. Le monstre. La souffrance. L’ensuite. L’enfant mort resté au fond du corps d’adulte. L’adulte brisé qui cherche comment vivre encore. Comment vivre après. J’ai lu tout ça. Lu à ne plus en pouvoir, de la place San Marco jusqu’au fond du pire.

Mais j’ai surtout lu une merveille d’écriture, de celles qui vous emmènent, vous prennent la main et ne vous la lâchent que bien plus loin. Ne vous la lâchent plus.

Parfois on entre dans un livre comme dans un moulin, et parfois non. Il est des livres qui nous font nous arrêter sur leur pas, ne pas le presser. Cette fois-là, j’ai essuyé mes pieds, pris le temps, regardé. Je m’étais doutée. Et à peine ma tête passée, je l’ai vu, le tapis persan d’encre, et les mots travaillés, et les phrases ajustées. On n’est pas chez n’importe ici. Madame Desesquelles on dit. Celle qui a écrit beau le laid. Celle qui a poétisé l’immonde. Celle qui a écrit le cœur abîmé et l’esprit mutilé. Celle qui vous prend à la gorge et vous coupe le souffle du bout de sa plume.

J’ai fini ce livre un soir, tôt, mais pas moyen pourtant d’en ouvrir un autre. Il me collait et m’empêchait d’y voir clair. Au matin, presque une gueule de bois, l’ivresse de la veille restait encore. J’avais bu trop de ses mots pour rester sobre. Mais je ne m’arrêterai pas là, je vous lirai à nouveau Mme Desesquelles, et ma tête, j’en suis sûre, tournera encore. Et encore. Et encore.

Tout contre Léo, de Christophe Honoré

📚 4ème de couverture :
« Au milieu de l’escalier, j’ai stoppé net, arrêté par un silence inhabituel.
Sans faire de bruit, je me suis faufilé dans la salle à manger.
J’ai laissé la lumière éteinte et je me suis posté dans l’axe du passe-plat, un peu en arrière, pour rester dans le noir. De là, on voit toute la cuisine. Et j’ai vu.
J’ai vu mon père et ma mère serrés l’un contre l’autre près de l’évier et qui sanglotaient. Jamais je n’avais imaginé que mon père avait des yeux qui pleuraient. »
C’est comme ça, seul dans le noir, en regardant sa famille pleurer, que Marcel apprend que son frère aîné est malade du sida. Qu’il va mourir.
Et c’est à partir de cet instant que lui, Marcel, P’tit Marcel comme ils disent, doit faire comme s’il ne savait rien.

🖋 Mon avis :

Léo a le SIDA. Et trois frères. Parmi eux, il y P’tit Marcel, le p’tit dernier. Celui à qui on taira mais qui saura quand même. Celui qui va garder ces mots cachés et vivre avec, en les tenant fort au creux de ses poings, enfoncés au fond de ses poches. Et qui serrera les dents pour sourire grand.

Tout contre Léo, c’est un enfant, des frères, une famille. C’est P’tit Marcel et ses 10 ans.

Tout contre Léo, c’est tout ce qu’on ne dit pas. Tout ce qu’on cache aux enfants, parce qu’ils ne sont pas assez grands. Tout ce dont on croit les préserver mais dont on ferait mieux de parler. Les secrets, les messes basses, les masques. En leur cachant, on les laisse seuls, on les abandonne, face à ce qu’ils savent en secret ou qu’ils croient deviner. A les croire trop petits, on n’est souvent pas bien grands. Parfois, il faudrait moins protéger pour mieux accompagner. Lâcher le parapluie pour tenir la main.

Tout contre Léo, c’est la vie haute comme trois pommes, et un ver au milieu. C’est la maladie et la mort à hauteur de gosse. C’est un livre pour enfants, mais pas que sûrement.

En à peine 100 pages, Christophe Honoré nous ouvre la porte derrière laquelle on se cache, enfant, pour écouter ce dont les adultes ne veulent pas nous parler. Et celle du cœur, tout jeune, qui apprend à saigner.

Paru en 1996, je l’ai lu souvent et, aujourd’hui encore, il arrive à me bouleverser. Et ça, voyez-vous, je suis contre. Tout contre. Toujours. ❤

Travail soigné, de Pierre Lemaître

📚 4ème de couverture :

Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D’autres crimes se révèlent, horribles, gratuits… La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la « méthode Verhoeven ». Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes, mais celle-ci va le laisser totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu’à la vie même de Camille qui n’échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser, dans les règles de l’art…

🖋 Mon avis :

Mr Leprofesseur.

Dans sa classe, ça ne rigole pas.

Règle n°1 : installez-vous bien parce que vous n’êtes pas prêts de vous lever.

Règle n°2 : silence. On se tait et on lit.

Règle n°3 : sortez papier, crayon et carte bancaire. Vous saurez pourquoi bientôt.

Enfin, pour être honnête, je crois que vous le savez déjà. La trilogie Verhoeven n’a pas besoin de moi pour faire parler d’elle. Tant pis pour vous, je suis là quand même.

Alors, je vous en dis quoi ? Des corps en morceaux, un inspecteur nabot, de la littérature… voilà. Quand on se dit que, sûrement, les auteurs s’inspirent des meurtres les plus horribles pour écrire, Mr Lemaître décide que dans son livre, ce sera l’inverse. Rien que ça. Bah non, pas rien que ça. Mais je ne vous dirai rien d’autre. Rien d’autre que « putain, c’était bien ! ». Un bon putain vaut tous les mots. Alors ce sera le seul.

Ce que je peux ajouter toutefois, c’est qu’au fur et à mesure, j’ai noté les références et commandé la suite sans attendre de l’avoir terminé (règle n°3 : papier, crayon, CB. CQFD), et pourtant, croyez-moi, j’ai pas traîné. Ça fait ça les bons bouquins, ça colle aux doigts jusqu’à la fin. Et comme c’est une trilogie, je me prépare donc à me faire des moufles avec les deux derniers. Et avec le temps qu’il fait, ça tombe pas si mal.

PS : Encore une fois, j’ai lu sur l’invitation de labibliothequedejuju. Enfin, sur l’invitation… il a plongé sa main au milieu d’une rangée de livres pendant une de nos ballades en librairie, en a sorti celui-ci et m’a dit : « Comment ça ?! Tu n’as jamais lu Lemaître ?!! Mais il faut ! Lis celui-là d’abord. ». J’ai pris peur et le livre avec. Il y a des ordres qui se discutent pas. Maintenant que j’ai fermé la dernière page, je comprends mieux le regard qu’il m’avait lancé. C’était aberrant de ne pas l’avoir lu plus tôt !

Une petite robe de fête, de Christian Bobin

📚 4ème de couverture :

« Celle qu’on aime, on la voit s’avancer toute nue. Elle est dans une robe claire, semblable à celles qui fleurissaient autrefois le dimanche sous le porche des églises, sur le parquet des bals. Et pourtant elle est nue – comme une étoile au point du jour. À vous voir, une clairière s’ouvrait dans mes yeux. À voir cette robe blanche, toute blanche comme du ciel bleu. Avec le regard simple, revient la force pure. »

🖋 Mon avis :

Je lisais un policier et comptais bien le terminer dans le week-end, mais ce samedi-là, rien ne s’est passé comme je l’avais projeté la veille. Il y a des jours comme ça, qui ne se ressemblent pas. Non pas que ce que je lisais ne me plaisait pas, au contraire. Mais ce matin-là, il n’était pas pour moi. Les livres, voyez-vous, c’est un peu comme les parfums, on les choisit sur l’instant. A l’envie. Et ce jour-là, dès le réveil, il me fallait d’autres mots au creux du cou. Ce sera Bobin. Sans me l’expliquer, c’est lui que je voulais. Je le sentais.

Il faut s’écouter, vous savez. Toujours. C’est donc ce que j’ai fait, encore. Et je m’en suis remerciée, dès les premières pages. L’instant avait eu raison, mon cœur aussi. Et sur ma peau, dès l’aube, ses mots. Pas les miens sur les siens, non, les siens sur les miens. Ceux qu’il me fallait, ceux que je voulais, ceux que je cherchais. De l’encre noire sur ma page que je ne pensais pas si blanche.

N’ouvrez pas ce livre en y cherchant un début. Ne le refermez pas en y cherchant une fin. Ce n’est pas une histoire. Cette petite robe d’été est un patchwork. Des réflexions dans des histoires. Et des mots, beaux. Si beaux.

Nous connaissons-nous Mr Bobin ? Pour que vous me touchiez autant, je ne peux imaginer que non. J’ai même cru, parfois, que vous aviez écrit pour moi. Suis-je donc à ce point universelle ? Évidemment. Mais ça ça ne fait pas tout. J’en ai tourné des pages, croyez-moi. Elles étaient belles pourtant, souvent, mais elles ne me parlaient pas tout le temps. Tandis que là… Je me suis lue dans vos mots. Je me suis vue dans vos phrases. Au point d’en sortir, troublée. Au point de ne pas en sortir. Troublant.

Et vous lecteurs, connaissez-vous Bobin ? Il y en a sûrement qui, comme moi avant, ne l’ont jamais pris entre leurs mains. Si c’est le cas, n’attendez plus. Enfilez cette petite robe de fête, ou laissez-la vous habiller. Oui, laissez-la faire. Vous n’aurez pas le choix de toute façon, elle se posera sur vous dès vos yeux posés sur elle. Un mot, puis un autre, puis les autres… Cousus. Brodés. Du prêt-à-porter aux allures de sur-mesure. Alors, vous penserez peut-être, comme moi, que ce n’est que pour vous, mais cette beauté-là, il me semble, se pose sur tous.

Voila donc comment je me suis retrouvée habillée par Bobin. Un samedi matin. Et bientôt, c’est certain, d’autres matins, d’autres samedis, d’autres Bobin…